10 idées reçues sur l’alimentation

1. Manger le soir fait grossir

FAUX 

Vous viendrait-il à l’esprit de priver un enfant de dîner ? Non bien sûr ! Votre organisme fonctionne comme le sien alors pourquoi s’empêcher de manger … De plus, le corps a davantage tendance à stocker après un jeun. Vous perdrez du poids car le total de calories sera moins important dans votre journée, mais dès que vous recommencerez à dîner vous reprendrez vos kilos, plus vite et de manière plus disgracieuse (ventre et hanches).
Néanmoins, on peut préférer un repas plus léger pour un sommeil de meilleure qualité.

2. Pour une alimentation saine il faut bannir le gras

FAUX

Les lipides sont essentiels au bon fonctionnement de votre organisme mais il faut savoir choisir les bonnes sources. Pour cela il faut :

  • Limiter les acides gras saturés (AGS), soupçonnés d’augmenter les risques de pathologies cardiovasculaires.

Sources : beurre, fromage, crème, viande rouge, huile de noix de coco, huile de palme, viennoiseries, chips …

  •  Privilégier les acides gras insaturés (AGPI/AGMI) qui protègent sur le plan cardiovasculaire et baissent le taux de « mauvais » cholestérol.

Sources : poissons gras, huiles végétales et les varier pour leurs richesses en oméga 3, 6 et 9.

3. Les fruits et les légumes frais sont plus riches en vitamines que les surgelés

FAUX

Les fruits et les légumes sont surgelés immédiatement après leur récolte, ce qui permet de conserver leurs qualités nutritionnelles de façon optimale. Il est bon de consommer des produits frais mais ils perdent rapidement leurs vitamines, pensez donc à les manger rapidement pour bénéficier de leurs bienfaits.

4. Les féculents font grossir

FAUX

Les féculents ne font pas grossir ! C’est ce que l’on ajoute en les cuisinant qui les enrichit considérablement (matières grasses, sauces, gruyère).

Par ailleurs, les féculents sont des aliments qui peuvent nous éviter de prendre du poids car ils permettent de tenir entre les repas et limitent ainsi le grignotage.

5. Je dois nourrir mon enfant comme moi

FAUX

L’organisme de votre enfant n’est pas encore mature, si bien qu’une consommation excessive en protéines met en danger son système rénal. Veillez à ne pas dépasser 10 g/jour de 6 à 9 mois, 20 g de 10 mois à 2 ans et 30 g à 2-3 ans.

Aussi, les céréales complètes seront pour lui très difficiles à digérer, de par l’immaturité de son système digestif.

6. Les produits allégés font maigrir

FAUX

Les aliments dits allégés sont souvent trompeurs. Un produit pauvre en lipides sera souvent plus riche en sel ou sucre, et inversement. De plus avec des produits « light » on se déculpabilise et on en consomme plus. Il vaut donc mieux savoir intégrer des aliments « plaisir » dans son alimentation que d’utiliser ces produits dits « light ».

7. Le lait contient plus de calcium que le fromage

FAUX

Non, ce n’est pas dans le lait que l’on trouve le plus de calcium mais plutôt dans les fromages, en particulier à pâte dure. Un verre de lait demi-écrémé contient 114 mg de calcium alors qu’une part de Comté en contient 276 mg. En revanche, le fromage reste plus gras que le lait.

8. Le sucre roux est meilleur pour la santé que le sucre blanc

FAUX

Le sucre roux est légèrement moins raffiné que le blanc mais la seule différence notable est l’arôme ! Qu’il soit extrait de la betterave ou de la canne à sucre, le sucre reste avant tout du saccharose sans aucun intérêt nutritionnel.

9. Je peux remplacer le lait de croissance de mon enfant par des laits végétaux

FAUX

Les laits végétaux sont dépourvus de calcium, acides gras essentiels, minéraux et acides aminés nécessaires au bon développement de votre enfant. Il existe néanmoins des laits infantiles végétaux à base de soja, de riz ou d’amande (Modilac riz, Prémiriz et Bébé Mandorle, Prémiamande (à partir de 6 mois)) convenant tout à fait, parce qu’ils sont enrichis en quantités adaptées aux besoins des nourrissons ayant des allergies aux protéines de lait de vache (PLV).

10. Les yaourts 0 % ne sont pas réellement maigres

VRAI

La législation accordant une marge d’erreur de 5 % sur l’étiquetage des matières grasses, un yaourt 0 % peut donc contenir jusqu’à 5 % de lipides. Une tolérance dont les industriels ne se privent pas.

Ps : Si vous avez aimé l’article, pensez à le liker en cliquant sur le petit cœur en bas à droite de l’article ! Merci 🙂

Claire Nepoux 

Diététicienne Nutritionniste

A Antibes Juan-les-Pins