Découvrir la Sophrologie avec Virginie Dejouannet

Qu’est-ce que la sophrologie ?

Contrairement à ce que l’on peut lire dans certains médias, la sophrologie n’est ni une boîte à outils, ni une simple méthode de relaxation ! Elle est en effet bien plus que cela.

Créée en 1960 par Alfonso CAYCEDO, neuropsychiatre espagnol, elle est une approche dite psychocorporelle, basée sur la phénoménolgie. Au croisement des sciences cognitives occidentales et des pratiques de méditation orientales, elle est, à l’origine une science qui étudie la conscience humaine.

Son étymologie est d’ailleurs :         

 

 

Au fur et à mesure de son développement, elle est devenue une méthode destinée à prendre conscience et à mobiliser les potentiels de chacun, d’élargir sa conscience de soi-même et du monde, de connaître ses limites et de développer son adaptabilité aux conditions actuelles de vie en société. Pour cela, elle utilise des stimulations corporelles simples, des exercices de respiration et de visualisation.

A quoi cela sert-il ?

Nous avons tous en nous nos propres capacités et nos propres ressources. La sophrologie va permettre de les activer et de les renforcer, à travers un entraînement régulier. En ce sens, elle vise le développement de la connaissance de soi dans un objectif d’épanouissement personnel vers une conscience sereine.

D’autre part, l’entraînement sophrologique va permettre d’augmenter ses capacités d’adaptation, clé de voûte de la gestion du stress entre autres, mais aussi de devenir plus conscient de ses propres limites d’adaptation !

Un entraînement ? Cela nécessite-t-il des postures ou une tenue particulière ?

Un entraînement dans le sens où c’est une gymnastique de la conscience : c’est la répétition des exercices et l’entraînement qui permettra à la personne de progresser.

Pas besoin de tenue particulière, si ce n’est confortable pour la personne car la sophrologie se pratique debout ou assis, postures naturelles de notre quotidien. Elle se pratique rarement allongée pour éviter l’endormissement mais également pour que les exercices puissent être facilement intégrée dans la vie quotidienne.

Les stimulations corporelles utilisées sont simples et accessibles à tous.

En tant que sophrologue, j’adapte chaque posture à l’état de santé de la personne et à ses propres capacités. De plus, chacun reste entièrement libre du choix de la posture. Des propositions sont faites, mais la personne est libre de les faire… Ou pas !

C’est cela aussi la bienveillance envers soi-même : s’écouter.

Concrètement, comment se déroule une séance ?

La sophrologie a la particularité de se pratiquer en séance individuelle pour un axe de travail personnalisé ou en groupe sur des thèmes génériques.

Chaque séance peut durer de 45 minutes à 1h30 et se déroule généralement en 4 temps :

  1. Un temps de dialogue qui permet de préciser le ou les objectifs de la séance.
  2. Une présentation du déroulement de la technique, avec souvent des variantes possibles et des consignes favorisant l’autonomie.
  3. Puis vient la pratique guidée par le sophrologue, le discours n’est en aucun cas directif ou inductif et permet à chacun de s’approprier les techniques en toute autonomie.
  4. Un temps d’expression libre est prévu après la pratique permettant de favoriser l’intégration de la technique, tout en donnant des éléments au sophrologue pour guider la suite des séances.

A qui s’adresse-t-elle ?

Comme c’est une pratique centrée sur la personne, elle est donc adaptable. Ainsi, elle s’adresse à tous, dès 6 ans.

Quels sont les champs d’application ?

A ses débuts, la sophrologie était réservée au milieu médical. Elle s’est ensuite développée pour les sportifs, dans le cadre de la préparation mentale. Aujourd’hui, ses principaux domaines d’intervention sont :

  • Gérer son stress, ses émotions,
  • Renforcer sa confiance en soi,
  • préserver son sommeil ou mieux dormir,
  • se préparer à un concours, un examen, un entretien,
  • se préserver d’un changement de vie, (retraite, chômage, divorce…)
  • se préparer à un acte ou à un traitement médical, accompagner dans la gestion de la douleur,
  • se préparer à la parentalité, mieux vivre sa grossesse,
  • Préserver sa santé, sa vitalité, faire partie intégrante d’une bonne hygiène de vie.

 

Je tiens également à préciser qu’elle ne se substitue en aucun cas à un traitement ou à un avis médical. Elle peut utilement intervenir en complément.

Pour conclure ?

Au même titre que le yoga ou le sport, la sophrologie est une pratique qui peut s’intégrer comme un art de vivre. Elle permet de dévoiler ses potentiels, de cultiver l’harmonie et de récolter un mieux-être au quotidien.

Mais comme elle se vit plus qu’elle ne se dit, le meilleur moyen de se faire sa propre opinion est d’expérimenter.

Comme le disait Binswanger :

On ne peut se faire d’opinion sans avoir vécu.

La sophrologie, comme une évidence. L’envie profonde d’accompagner l’Autre.

Virginie Dejouannet
Sophrologue